Accueil

Telle une mauvaise série, Sochaux nous sert, match après match, le même épisode : un début engageant, une baisse de rythme au mileu et un final au mieux bâclé au pire totalement raté. Ce soir, le FCSM est dix-neuvième d'une saison 2015-2016 qui pourrait bien être la dernière en ligue 2.

 

Longeant les usines Peugeot pour me rendre au stade, je dois éviter au sol les restes des monumentales photos annonçant l'exposition du centenaire de la marque. Le FCSM est un peu au même niveau : jadis exposé au sommet, désormais dans les bas-fond de la ligue 2. Annoncer que l'on se rend à Bonal, c'est l'assurance de se faire railler sur le thème « Non, tu y vas encore ? » « Eh ben, tu es bien courageux ! » C'est donc dans un stade pour le moins clairsemé que je prends place, entouré de supporters historiques qui semblent, tout comme moi, encore y croire.

La composition au coup d'envoi est sans grande surprise, à noter néanmoins la titularisation de Mbombo, arrivé la semaine dernière du Standart de Liège. Dans le kop, une image insolite. Les supporters brandissent ce qui ressemble à de petites bougies. Veillée funèbre ? Cierges allumés à l'église ? Rendez-vous compte à quoi l'on en est réduit ! L'arbitre siffle le début du match est à ce moment là, tout le monde est plutôt enthousiaste puisque généralement, Sochaux réussit ses entames.

 

DSC08796

 

Ce rêve (jaune et) bleu

 

A l'inverse des matchs précédents (Niort, Bourg, Paris FC), Sochaux reçoit ce soir un bon pensionnaire de ligue 2 quoique promu. Le Red Star, au blason rappelant une célèbre marque de bière, pointe à la quatrième place. Cela se sent immédiatement : beaucoup de rythme, de la vitesse, de la technique. Dès la quatrième minute, les visiteurs auraient pu ouvrir le score si l'attaquant n'avait pas raté la balle au moment de tirer. Sur le contre qui suit, après un coup franc exécuté par Martin, on retrouve ce dernier sur corner. Teikeu fait se lever le stade en reprenant victorieusement le ballon de la tête. Sochaux ouvre le score tôt dans le match, la recette est connue. La suite l'est aussi, c'est pour cela que dans les tribunes, la joie est contenue. Supporter de l'équipe au lion rime souvent avec désillusion.

De confiance, les franciliens n'en manque pas et malgré l'ouverture du score précoce, ils repartent à l'attaque et c'est là où la différence de niveau se fait sentir. Leur tactique semble claire : endormir les Jaune et Bleu pour mieux jaillir et placer un contre. Mais les lionceaux sont vifs et éveillés ; après vingt minutes coincés dans leur camp, ils parviennent enfin à desserrer l'étreinte et à placer quelques frappes. KTE, par deux fois en trente secondes, tente d'aggraver le score. La première frappe est une passe, la deuxième trop enlevée et de troisième il n'y aura point.

Malgré tout, l'équipe a fière allure, fait les efforts nécessaires et à la mi-temps, le Red Star n'a pas tenté sa chance une seule fois. Vivons nous un rêve éveillé ou enfin, après d'innombrables espérances déçues, Sochaux a-t-il trouvé sa voie ?

 

Réveil brutal

 

009

 

Les spectateurs ne sont pas prêts à oublier les épisodes précédents et derrière moi on craint le « but casquette à la con ». Durant les dix premières minutes du deuxième acte, tout semble vouloir se passer de la meilleure des façons : Sochaux est toujours bien en place et concentré, les attaques du Red Star sont bien bloquées. Un grain de sable toutefois, à la 55ème, un bon débordement et une tête envoyé au dessus de la cage de Prévot rappelle que les joueurs de l'étoile rouge ne sont pas là par hasard. Et ce qui devait arriver arriva : un ballon perdu aux abords de la surface, une frappe placée au ras du poteau et les Vert et Blanc égalisent à l'heure de jeu.

C'est à ce moment opportun que notre deuxième recrue, Sackho, entre en remplacement de Mbombo. Ce dernier m'a fait bonne impression, plutôt bon techniquement sans chercher à en faire trop. Son remplaçant m'a laissé une impression plus mitigé. Il est certes très rapide mais semble vouloir à chaque fois foncer tout droit, sans lever la tête. A sa décharge, il est entré au moment ou le vaisseau sochalien se désagrégeait petit à petit. Teikeu rendait tous les ballons à l'adversaire et même si les locaux jouaient haut, ils n'ont jamais pu porter le danger devant le but adverse.

Si il existait des cours acadomia pour redonner confiance aux footballeurs, il faudrait y inscrire Sochaux d'urgence. Je trouve les supporters du kop durs d'invectiver les joueurs avec des « mouiller le maillot » car dans ce domaine, les sochaliens ne sont pas à blâmer. C'est plutôt dans les choix individuels que les problèmes se posent, à l'image du deuxième but encaissé où l'attaquant du Red Star peut se jouer de toute la défense avant de placer un ballon imparable dans le petit filet.

La semaine prochaine, notre série à suspense nous amène chez le leader dijonnais. Dans l'intervalle, nos héros auront rencontré le dauphin du PSG. En sortiront-ils indemnes ? Vous le saurez en regardant le prochain épisode de « SOS d'un sochalien en détresse »

 

Kevin Domon

Connexion

PROCHAIN MATCH

1/8ème CDF - 09-02-2016 21:00
 
FC Sochaux - : - AS Monaco

DERNIER MATCH

25ème journée - 05-02-2016 20:00
 
FC Sochaux 1 : 2 Red Star FC

CLASSEMENT

Equipe
Joue Points
16
Valenciennes FC
Valenciennes FC 25 26
17
Nîmes Olympique
Nîmes Olympique 25 24
18
US Créteil-Lusitanos
US Créteil-Lusitanos 25 23
19
FC Sochaux
FC Sochaux 25 22
20
Paris FC
Paris FC 25 17