forum
Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur : Mot de passe : Se souvenir de moi

SUJET : Omar Daf

Omar Daf il y a 1 semaine 3 jours #12310

  • Oliviersombre
  • Portrait de Oliviersombre
  • Hors Ligne
  • Platinum Boarder
  • Messages : 1469
  • Remerciements reçus 81
  • Karma: 1
L2 – Sochaux : Omar Daf, un « Sage » au pays des fous


Nouvel entraîneur de Sochaux, Omar Daf effectuera ses débuts ce vendredi soir à Châteauroux (20h00). Dans le Doubs, tous guetteront les premiers pas de celui qu’ils surnomment « le Sage », maintenant embarqué dans une mission périlleuse.
Une telle unanimité, c’est rare. Pourtant, chercher un détracteur à Omar Daf reviendrait à perdre son temps. Nommé en début de semaine sur le banc de Sochaux, l’ancien défenseur est adoubé de toutes parts depuis qu’il a succédé à l’Espagnol José Manuel Aira. Il faut dire qu’entre le Sénégalais et le FCSM, c’est une idylle qui dure depuis la fin du siècle dernier. Quatorze saisons professionnelles, plus de 200 matchs joués, et un seul passage ailleurs en France, à Brest entre 2009 et 2012. Revenu au club pour y finir sa carrière, le quart de finaliste du Mondial 2002 y a tout naturellement construit sa vie d’après avec sa compagne, conseillère municipale dans l’une des communes de l’agglomération. Tour à tour comme éducateur, adjoint chez les pros, puis entraîneur de la réserve, le voilà maintenant aux manettes de l’équipe première pour de bon, après deux courts intérims en 2013 et 2015. « Omar et Sochaux, c’est une sacrée histoire, et ça fait un moment que ça dure. C’est un fidèle, sourit son ancien partenaire Mickaël Isabey. On est arrivé en même temps, en 1997. On est lié. Je me souviens qu’on faisait la route ensemble au début. On a connu un parcours assez similaire. »

Plessis : « C’est un cadeau empoisonné »

Sous le maillot sochalien, le défenseur a tout connu : la deuxième division, la Coupe d’Europe et deux trophées (Coupe de la Ligue 2004 et Coupe de France 2007). De la génération dorée des années 2000, il n’était pas le plus populaire. Les enfants du pays, comme Frau et Pedretti, marquaient davantage les esprits. Mais une sorte de respect et de bienveillance partagés ont toujours entouré le Sénégalais, surnommé « le Sage » dans le Doubs. « C’est plus que le sage, s’amuse Jean-Claude Plessis, son ancien président. C’est un garçon intelligent. Je vais souvent au Sénégal et je vis à Brest actuellement, alors je suis bien placé pour vous dire que partout où Omar est passé, il est une icône. » « Il est réfléchi, posé, intelligent », poursuit Mickaël Isabey. « Il sortait toujours des petites phrases très justes, très cohérentes, mais sans jamais hausser le ton », ajoute Bernard Maraval, qui l’a vu débuter à Sochaux.

Avec Sochaux, Omar Daf a disputé plus de 200 matchs, comme ici contre l’Inter Milan en Coupe UEFA.

De sagesse, le FCSM en a bien besoin en ce moment. Coincé dans un conflit entre un propriétaire chinois et un gestionnaire basque qui paraît sans issue, le club franc-comtois vit les heures les plus sombres de son histoire. 18eme de Ligue 2, il est aussi sous le coup d’une rétrogradation administrative en fin de saison, décidée la semaine dernière par la DNCG. C’est dire si la tâche qui attend Omar Daf s’annonce ardue. « C’est une chance pour lui, mais c’est presque dommage que ça lui arrive à Sochaux. C’est un cadeau empoisonné, juge Jean-Claude Plessis, dépité à la lecture des informations sur le club qu’il a présidé dans les années 2000. Mais c’est aussi la possibilité pour lui de montrer ses qualités. J’adore ce type. Il est le seul à pouvoir sauver la situation aujourd’hui, à pouvoir rassembler la famille, car le club est en lambeaux. »
Renard : « Omar est exceptionnel »

Le nouvel entraîneur sochalien en fédérateur, c’est le premier costume qu’a endossé l’ancien défenseur lors de sa présentation lundi, via un appel aux supporters qui boycottent un Stade Bonal aux allures de mouroir. « C’est l’homme de la situation », veut croire Mickaël Isabey. Bernard Mavaral, licencié par l’actuelle direction en 2015 alors qu’il s’occupait du recrutement, confirme : « C’est un homme très lié au FCSM et même si les conditions sont compliquées, il peut relancer le club. » « Le challenge est difficile, mais il n’a pas le choix de toute façon, aucun autre club que Sochaux ne lui aurait donné cette opportunité, complète Guy Lacombe, son ancien coach chez les Lionceaux. On dit souvent qu’il faut être bon endroit au bon moment. Omar est au bon endroit, c’est certain. Bon moment, c’est moins évident. Mais si Sochaux a une chance de s’en sortir, c’est par lui. »

En 2013 et en 2015; Omar Daf a effectué deux courts intérims sur le banc, pour un bilan d’une victoire, un nul et une défaite.

S’il y en a bien qui est convaincu des qualités d’Omar Daf, c’est l’un de ses mentors, Hervé Renard. D’octobre 2013 à mai 2014, l’ex-international sénégalais avait été son adjoint lors de la « remontada » inachevée des Sochaliens. Le mois dernier, les deux hommes s’étaient croisés au Sénégal, où ils possèdent des maisons voisines. « J’ai ressenti une joie immense, comme si c’était moi qu’on nommait entraîneur, sincèrement, nous confie l’actuel sélectionneur du Maroc. Omar, je l’apprécie énormément, j’ai rarement rencontré quelqu’un d’aussi honnête et d’aussi loyal dans ma carrière d’entraîneur. Vraiment, il est exceptionnel. Rien qu’en vous parlant de lui, je suis ému… » Il est comme ça, Omar Daf. Du genre à plaire à tout le monde, à ne laisser personne insensible. « Humainement, il n’y a pas mieux », nous souffle même un ancien joueur de la réserve sochalienne.
Gnanhouan : « Pas une tâche facile »

Reste qu’au-delà de ses qualités humaines, l’ancien défenseur va devoir remettre Sochaux sur de bons rails en faisant parler ses qualités d’entraîneur. « Je l’avais vu lors des premières sessions du BEPF, et j’ai retrouvé quelqu’un avec beaucoup de charisme, qui sait imposer son point de vue », se souvient Guy Lacombe. Joueur, Omar Daf était l’homme de confiance du vestiaire, celui vers qui on se tournait. « Quand j’avais des problèmes avec des jeunes, je sollicitais Omar. Car c’est une personne qu’on écoute et qu’on respecte », explique Jean-Claude Plessis. « Ce n’est pas une tâche facile », reconnait Gérard Gnanhouan. Ancien partenaire de Daf, l’Ivoirien sera maintenant son entraîneur des gardiens (il était déjà en poste dans le staff précédent). Témoin privilégié de ses premiers pas cette semaine, il raconte ses mots dans le vestiaire : « Il a axé son discours sur la nécessité de vite rebondir et d’avancer. Son message est très positif, Omar est très humain, très proche des joueurs. Mais il sait aussi qu’il n’est plus à la formation et qu’il va falloir aller vite. » Aller vite sous peine d’écorner son image ? Pas vraiment. A priori à Sochaux, si le club continue sa descente aux enfers, personne ne songera à lui au moment d’identifier les coupables.
www.football365.fr/l2-sochaux-omar-daf-s...utm_campaign=unknown
"Un lion ne meurt pas, il dort."
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.
Temps de génération de la page : 0.118 secondes